La métropole, le mal pensée de la réforme territoriale

David Alcaud et Olivier Rouquan, « La métropole, le mal pensée de la réforme territoriale », dans Pouvoirs Locaux, « Culture et territoires : silence, ça tourne ! », n° 84, avril 2010.


L’animation d’une politique culturelle consiste aujourd’hui à établir de nouvelles connexions entre les enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et territoriaux. On a quitté la scène de systèmes culturels renfermés sur leurs objets pour entrer dans un ensemble de démarches dont les forces motrices sont le décloisonnement, la circulation, la complémentarité, la solidarité, l’équilibre, la confrontation aussi. En silence, ça tourne, ça bouge.

Commander la revue.

La stratégie présidentielle de François Mitterrand en 1988

Olivier Rouquan, « La stratégie présidentielle de François Mitterrand en 1988 », dans Parlement[s], « Les politiques au pied du mur », n° 7, novembre 2007.


Ce numéro de Parlement[s] étudie les « Politiques au pied du mur ». Au travers d’itinéraires, individuels ou collectifs, de moments particuliers et des campagnes, il veut saisir quels sont les ressorts de l’engagement politique. Issu en grande partie des communications présentées lors du séminaire mensuel du Comité d’histoire parlementaire et politique, il en reflète à la fois la cohérence et la diversité.

Commander la revue.

Michel Rocard : « la pré-campagne médiatique est une forfaiture »

Olivier Rouquan, Entretien avec Michel Rocard, Sens Public, 6 novembre 2006.


Michel Rocard, ancien Premier ministre, aujourd’hui député européen, livre ses réflexions sur la préparation de la présidentielle 2007 et sur les enjeux prioritaires pour l’avenir. Vif, en belle forme, tel m’est apparu Michel Rocard lors de cet entretien. Parfois pessimiste, lucide, le député européen ne pratique pas la langue de bois, reste engagé et… plus libre que beaucoup, pour « dire les choses ».

Lire l’entretien.

Quelques remarques à propos de l’effet de communication « Ségolène »

Olivier Rouquan, « Quelques remarques à propos de l’effet de communication « Ségolène » », Sens Public, 27 septembre 2006.


L’article analyse l’effet de communication initié par Ségolène Royal lançant précocement sa pré-candidature à la candidature socialiste à l’élection présidentielle française de 2007. Elle répond ainsi à la stratégie initiée par Nicolas Sarkozy. La situation n’est pas simple au PS puisque les candidats éventuels sont nombreux à se déclarer jusqu’à l’ancien Premier ministre, Lionel Jospin, hésitant à mettre fin à son retrait de la vie politique. Les deux figures, l’une de Ségolène Royal, l’autre de Lionel Jospin comme celles des autres challengers, donnent lieu à des traitements médiatiques qui sanctionnent la domination de la présidente de la région Poitou-Charentes dans les enquêtes d’opinion. Un tel effet de communication n’est pas sans contrarier dans certaines de ses dimensions la légitimité partisane plus traditionnelle.

Lire l’article.

Des inquiétudes et une demande d’autorité – Réflexions sur les sondages d’opinions

Olivier Rouquan, « Des inquiétudes et une demande d’autorité », Sens Public, 1er juin 2006.


À un an de l’élection présidentielle, que retenir des enquêtes d’opinions réalisées par les instituts de sondages ? Alors que le plus souvent les enquêtes sont publiées dans leurs grandes lignes, il n’est pas inintéressant de faire le point à partir d’études rendues publiques et accessibles sur les sites des instituts de sondage, sur les attitudes, les préoccupations, les options éventuelles de l’opinion.

Lire l’article.

Critique réaliste de la société de l’information au regard des exigences de la démocratie

Olivier Rouquan, « Critique réaliste de la société de l’information au regard des exigences de la démocratie », Sens Public, 14 mars 2006.


L’article insiste sur la crédibilité d’un projet d’analyse critique de la communication, notamment en politique, comme activité et corpus de légitimation qui n’assimile pas marketing et information. Ce projet souligne la présence dans une utopie de la communication de risques idéels de valorisation des réseaux et de sous-estimation des hiérarchies, de confusion entre innovation technologique et progrès démocratique, enfin de risques sémantiques de saturation de la communication « ordinaire » par l’indice ou l’icône au détriment du symbole.

Lire l’article.